Projets externes

La Biennale de Paris à Beyrouth

Beyrouth, du 27 juin au 3 juillet 2016

La Biennale de Paris à Beyrouth a été pensée par les sessionnistes de la session XI de l’Institut des hautes études en arts plastiques (Iheap). Il s’agissait d’un projet global dans le cadre de leur cursus, en partenariat avec des nombreux collaborateurs et partenaires libanais. Conférence de presse à Beirut Art Center le 26 juin 2016 et à inauguré le programme de cette semaine libanaise. L’objectif de cette Biennale de Paris à Beyrouth était de mettre à disposition de ses participants, les différentes méthodes de travail et projets qui avaient été développés par les sessionnistes.

Alternative Art School Fair (AASF)

Pioneer Works, New York, du 17 au 19 novembre 2016 (première édition)

En partenariat avec Pioneer Works, la Biennale de Paris a crée la première (et d’ailleurs la seule) foire des écoles d’art alternatives qui se sont réunies pour la première fois dans le cadre de cette foire. Plus de 40 écoles de 17 pays (US, UK, Italie, Norvège, Jordanie, Egypte, Bénin, France, Allemagne…) y ont participé. Critères de participation : s’appeler soi-même une « école », voir l’art ou des pratiques créatives et éducatives au programme, proposer quelque chose d’unique en terme de méthodologie, d’organisation, de mission, de programme ou de finalités, proposer quelque chose qui pourrait avoir un impact ou transformer l’éducation artistique, même si le participant ne se considère pas une école ou une école d’art, être un espace qui génère des alternatives en terme de systèmes, de modèles culturels nouveaux, ou autres.

« R.E.P.A.S. – Réunion d’Etudes Post-apocalyptique sur l’Art et son Système » 

16 décembre 2016 ,Paris – Monnaie de Paris
R.E.P.A.S. a eu lieu sous les toits de la Monnaie de Paris. Un groupe fut rassemblé, secrètement, dans une des plus vielle institution du monde, pendant une nuit. Au cours du repas organisé, les participants se sont préoccupés du devenir de l’Institution après l’apocalypse. Avant la fin du repas ils ont dû fournir un plan d’action détaillé à suivre en cas d’apocalypse avérée.

« Survivre à l’art »

du 18 au 20 mai 2017, Bruxelles – Académie Royale des Beaux-arts
Une expérience qui propose d’enfermer ses participants dans une école d’art à Bruxelles pendant trois jours. Le but est de tester les capacités physiques et mentales de survie des participants, artistes ou/et plus généralement des acteurs du monde de l’art. L’expérience validera ou invalidera la nécessité de survie dans, à, avec, sans, … sa pratique. Le projet à été élaboré par Baptiste Pays, responsable des programmes de l’ENDA, Lola Martins- Coignus et Jean Casanova Castell, étudiants à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles, en collaboration avec les praticien(ne)s de l’École nationale d’art (ENDA), ainsi que des personnes extérieures.

« La Biennale de Paris au Guatemala »

Du 1er au 11 novembre 2017 Guatemala City
L’art peut-il être un vecteur pour l’éducation ? Cette délocalisation de la Biennale de Paris au Guatémala était le projet de session de Kristina Cordon, membre de la session XI de l’Iheap New York. Le projet central consiste en la constitution d’une bibliothèque d’art au Guatemala. L’ensemble des projets constitueront un point de départ pour la création de la première école d’art au Guatemala, Alternative Art Program Guatemala.