Des projets d’anciens praticiens

Une sélection de quelques projets d’anciens praticiens développés au sein de l’ENDA à titre de projet de session.

Quentin Derouet

Session : XXII, 2022-2023
Information biographique : N.C.
Projet de session : A Marseille à partir de 1940, Sylvain Itkine et ses complices créent une coopérative pour proposer des Croques-Fruits, une friandise à base de fruits secs qui permettait de nourrir et de donner du travail à celles et ceux qui n’avaient plus rien, des artistes, des poètes, des réfugier (dont par exemple Pierre Prévert, le frère de Jacques Prévert). Sensible à cette utopie, Quentin Derouet et Vincent Bourdet ont décidé de réinvestir cet imaginaire et cette confiserie, en y mêlant des questionnements actuels. Une bouchée pour partager dans un même mouvement : esthétique, histoire et histoire de l’art, politique et vie.

José Manrubia

Session : XXII, 2022-2023
Information biographique : Toréro, artiste plasticien et également organisateur de grandes manifestations culturelles, notamment du festival FlamencA à Arles. Sur le plan de sa carrière tauromachique, il est le vingt-cinquième matador de l’histoire taurine française et le premier français à avoir reçu l’alternative (cérémonie pour devenir matador) en Amérique latine, à Monterrey au Mexique. Après vingt-quatre années passées à toréer dans les plus grandes arènes du monde, Mexico, Madrid, Nîmes, il ne renie pas sa passion pour la tauromachie, mais estime que celle-ci doit évoluer. Il résume ainsi sa philosophie générale : « Dans une société en transformation, chacun dans la mesure de ses possibilités doit œuvrer pour un monde plus vertueux. Il devient essentiel de transformer cette pratique en un art éthique, où l’animal est traité avec respect, sans le blesser ni le sacrifier ».
Projet de session : La Corrida Etica propose une tauromachie éthique et artistique, sans violence ni blessure du taureau. Elle transforme ce rite ancien qui devient un art. Cette tauromachie éthique et artistique, sans violence envers le taureau, ramené dans les pâturages à l’issue de la représentation pour continuer une vie respectant la dignité animale, a plusieurs objectifs : 
– Créer une nouvelle tauromachie comme un art à part entière
– Promouvoir une tauromachie éthique et artistique sans blessure ni mort de l’animal
– Permettre de conserver la tradition taurine, un des rites fondateurs des sociétés méditerranéennes
– Préserver un animal unique, le taureau brave, descendant direct de l’ancêtre des bovins, l’Auroch. Race dont la survie dépend exclusivement des pratiques taurines
Site internet de Corrida Etica : corridaetica.art

Hiresh Kheirabadi

Session : XX, 2020-2021
Information biographique : Passionné par le cinéma, Hiresh a eu la chance d’étudier avec de grandes figures du cinéma iranien, dont Abbas Kiarostami, un réalisateur mondialement reconnu, ainsi que de participer à des ateliers de critiques de films dirigés par Saeed Aghighi. Il a été l’élève d’Asghar Farhadi, un réalisateur deux fois oscarisé. Convaincu que l’art invisuel est en train de révolutionner le monde artistique, il a trouvé une résonance profonde entre cette nouvelle forme d’expression et sa propre expérience de vie en Iran. L’histoire d’Hiresh est celle d’un artiste qui, malgré les obstacles a continué de donner une voix à ceux qui sont opprimés et de contribuer à la révolution artistique de son époque.
Projet de session : Un film documentaire intitulé L’art invisuel ou la révolution de l’art en marche, qui plonge au cœur d’une révolution artistique discrète, méconnue mais qui est en train de changer l’art radicalement. L’art invisuel ouvre la voie à une nouvelle ère artistique. Le film fait découvrir et explore les mystères de l’art invisuel, une dynamique artistique révolutionnaire qui remet en question les fondements de la création artistique et de l’art lui-même en repoussant ses limites jusqu’à un nouvel paradigme. Le documentaire offre un billet d’entrée pour une aventure fascinante, laquelle au-delà de l’art, montre qu’il s’agit d’une résistance aux modèles établis et aux systèmes de domination. Le film fait connaitre des formes d’art largement inconnues à ce jour mais qui une fois découvertes à travers le film pourront avoir un impact considérable sur l’art et la société.

Mariem Memni

Session : XX, 2020-2021
Information biographique : Mariem Memni est une artiste diplômée d’un Master de Recherche en art visuel à l’Ecole des beaux-arts de Sousse et d’un DNREA en recherche et expérimentation en art à l’ENDA (Ecole nationale d’art) de Paris. Elle est fondatrice et directrice de l’EEIMA (Ecole européenne pour l’intégration des migrants par l’art) et artiste chercheuse en art invisuel. Sa démarche artistique est basée sur le chata comme un processus de conversion de l’énergie négative en énergie positive constructive qui garantissant l’harmonie au sein d’un groupe.
Projet de session : EEIMA (Ecole européenne pour l’intégration des migrants par l’art)
Site internet de l’EEIMA : www.eeima.eu

Gilbert Coqalane

Session : XX, 2020-2021
Information biographique : Gilbert Coqalane est un artiste qui a développé la perturbation comme langage artistique. Il est Président des éditions L’Armée Recrute, membre du Conseil d’Administration de la Fédération de l’Art Urbain et intervenant scolaire. Il est l’initiateur du mouvement Perturbationiste inauguré à Nancy en 2021 et du C.D.R.A.O. (Centre Documentation, Recherche, Application des Offensives) défini comme un lieu permettant de créer, développer et faire la promotion de la perturbation et de l’offensive comme une action artistique.
Projet de session : C.D.R.A.O. (Centre Documentation, Recherche, Application des Offensives)
Site internet du C.D.R.A.O. : http://www.cdrao.fr

Liza Rolli

Session : XIX, 2019-2020
Information biographique : Liza Rolli est une artiste qui a développé la notion de sensibillissimo au sein de l’ENDA. Lors de son parcours à l’ENDA elle a fondé l’Institut Sensibillisimo ayant pour but de déchiffrer et d’explorer la notion de sensibillissimo comme sublimation artistique invisuelle d’un vécu hypersensible. Son but a été de créer un projet professionnel viable en empruntant les pratiques de l’art Invisuel en incluant les singularités d’hypersensibilité, le vécu personnel et l’expérience professionnelle. L’Institut Sensibillissimo se base sur une méthode singulière basée sur le couplage enquête et outils d’observation. Ces outils sont basés sur un ensemble d’indicateurs permettant d’investiguer, démasquer, découvrir et identifier le Sensibillissimo.: les paramètres objectifs, les atmosphères sensibles, la production de sens, les détails secondaires et la part inconnue.
Site internet de l’Institut Sensibillissimo : http://institut-sensibillissimo.org

Emma Marsantes

Session : X, Iheap, 2014-2016
Information biographique : Emma Marsantes vient de publier aux Editions Verdier « Une mère éphémère », un roman de fiction considéré comme un des livres les plus importants de la rentrée littéraire 2022. Pour dire l’indicible, dans « Une mère éphémère » Emma Marsantes s’invente une langue, crée ses propres mots, construit ses phrases avec précision pour faire entendre au lecteur comment, dans la suffocation et l’effroi, mais aussi parfois dans un rire libérateur, peut naître enfin la vérité. Le parcours d’Emma Marsantes au sein de l’Iheap a eu un rôle déterminant dans l’écriture du roman.
Lien vers le Podcast de Laure Adler sur France Inter / Interview avec Emma Marsantes
https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-heure-bleue/familles-avec-sarah-jollien-fardel-et-emma-marsantes-4416474?fbclid=IwAR352FC7OyhAAUXzV7TYb4IfR_8WKtP31aT9BpsIG9mhgw3Fh0klvbeG_rY