ENFR

Gary Bigot

La thermohygrometrie comme concrétisation matérielle parfaite.

Depuis 1985 le principe de l’hygrométrie est à considérer comme mon oeuvre.
– Son fonctionnement spécifique nous renvoie à chacun de nous, sensible, productif, connaissant, communicatif.
– Je la considère ainsi comme mon autoportrait, pour ne pas l’appeler « portrait de chacun ».
– Acte-position libérateur, qui me permet de considérer radicalement que toutes mes oeuvres sont produites et installées, se produisent et s’installent sans mon intervention. Produire davantage serait superflu, artistiquement indigne.
– L’ouverture créée par cette attitude extrême et définitive se révèle insoupçonnée, incite à la réflexion et à la création. Ce qui se passe après coup ne me concerne plus. Je m’installe comme observateur impliqué de mon oeuvre terminée mais pas clôturée. Je lâche mon concept en liberté ainsi que mon attitude, et, si le besoin extérieur se manifeste, j’autorise chacun à s’en servir, à réaliser des oeuvres, expositions, discours, etc., même une commercialisation à leur profit. Et ceci sans mon accord !

Pour préserver mon intégrité j’adopte les résolutions radicales suivantes :
1. Pas de production par moi-même.
2. Pas de promotion par moi-même.
3. Pas de profit pour moi-même.
4. Pas de propriété à titre personnel.